Publié le 18 Août 2017

 

L’arbre est un nuage vert

Rattaché à la terre

Par un bras de douleur

 

 

 

*****\*  **/**

*/****\*******/***/****

*****\**/*******/*****\*****\**

***\*****/***\*****/*****

******_\**/****\****/***/*******/****

********\***\**\**/****/*****/*******

*********\***\_**\****I***/********

***_*_*_\***\**\**I**/*******

*** ****\***\*I*/*********

                                                                            ***\***II*****

                II       ***

                      II ***/*****

                                                                                             II  //***

            III

                                                                                               III

               ____III___

        

 

Voir les commentaires

Publié le 11 Août 2017

 

C’était un matin blanc – pointillés sur le mur

 

o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o

       o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o

o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o

       o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o

o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o

 

Cent soleils impatients traçaient cent cercles nets

– Dix lignes abeillées d’horizon de jour sûr

Zébré par la persienne, telle une âme entr’ouverte.

 

Cent cyclopes curieux jetaient leur œil de feu

Sur mon sommeil enfui.

 

Et la bouche en sourire,

Je me suis endormi.

 

Voir les commentaires

Publié le 4 Août 2017

 

J’aimais prendre une marche

Le long de Manhattan

Et tomber en amour devant ces construisants,

Ces gratteurs de ciels gris

(ô l’Etat de l’Empire !)

Attendant

En soleil

Pour un nuage blanc

Venir de nulle part

Coiffer leur front d’argent.

 

J’avais marché sans but et sans ma connaissance

Le long de Largevoie,

Vers le carré du temps.

Un peuple se pressait, là-bas, rapidement,

(le peuple du bas-ville)

Coulant par les centaines

Vers la voie du dessous

Dans ce sous-terre où,

Deux fois du même ton,

La grave voix nous dit

De rester, s’il vous plaît,

Clair des portes fermantes.

 

C’était prenant de souffle !

C’était énergétique

Il paraît.

 

Mais tu hais mieux que moi ces rues ensurfoulées

Ces bruits incessants blancs.

Tu connais ce qui fait pour nous plus de matière.

 

 

Et tu as fui, ailleurs.

Un peu d’ailleurs en plus

Dans ma vie d’abandon.

Tu es mon Nord

Mais tu n’es plus

Autour de moi pour être vue.

 

 

Troublé, j’hésitai

Entre le parc Central et le bleu de l’Hudson,

Là-bas, par la rivière, à un couple de miles.

J’étais insûr.

 

Sans le savoir moi-même

Je me mis à traverser

La rue trente-et-unième…

 …Quand tout du soudain

Je fus rétrotiré

Par deux petites mains

Sorties d’hors de pas d’où.

 

Elles me sauvèrent, moi, des grands hommes de feu

Et de leur long camion

(et très rouge et très blanc)

Hurlant à travers ville

Ses sirènes bémol.

J’échappai juste Mort

(par la peau de mes dents)

 

 

Hors du crochet, alors,

mais outrepalpitant,

Je tournai et je vis

Un peu d’un. Un peu d’une.

Elle était.

Souriant.

Je l’embrassai

Du regard et parlai,

« Désolé de n’avoir payé plus attention.

Des mercis tant et tant.»

 

« Sûr ! »

Dit-elle simplement.

Et elle frappa la route

Sans rétro-regarder.

Et plus ne vint en arrière.

Et fut hors de toucher.

 

J’étais tout bleui de souciance.

Inreconnaissable à moi-même.

Mes jambes étaient ressenties comme pierre.

J’essayai dur de bouger, de penser, d’inspirer

Mais pas d’ange pour moi, seuls des dieux périmés.

 

 

Telle fut ma vie, seul

Dans la Grand’ ville.

J’étais dans l’espace de l’entre- .

J’étais sur un gué impossible

Dans un fleuve trop large.

 

J’étais l’entr’aperçu

Sur le front de la nuit.

 

Tout ton corps sait tout seul,

Dans ces moments perdus

Que tout ce que tu veux

Jamais n’arrive plus.

(ou alors durement)

 

J’en savais presque trop et pas assez beaucoup.

Est-ce que ça me fait fou ?

Cela fait, cela semble.

Mais je veux casser libre !

Je dois casser libre.

Ou tomber en amour, encore, avecques toi.

 

Je me trouve attendant, tout à toi, ô mon Ëlle !

Ô fille, rejoins-moi ! Et partons tous les deux.

Serais-tu donc allante pour San Francisco ?

Je m’en irai demain avec toi si tu veux.

Et nous emporterons mille fleurs dans nos têtes.

 

Voudras-tu m’embrasser, tout là-bas, ô mon Ëlle ?

Même si l’été du temps n’est pas si beau

Sur les grises collines de San Francisco ?

Nous nous ferons une antre ébahie de couleurs

Dans la chambre avec vue sur le ciel et le pont.

 

Mais oui vient, ô oui vient, avec moi ô mon Ëlle !

Car ceux qui vont là-bas reçoivent en secret

Une explication neuve de leurs émotions.

 

En bas, sur l’allée d’or

Viens t’étendre avec moi.

J’écrirai un verset

Sur ta peau alphabet.

Et lentement encor

Je te le redirai.

 

Ce sera, crois-en moi

Un jour juste parfait.

Voir les commentaires

Publié le 4 Août 2017

traduction de "Silence" en italien, par @larosaturca. Texte original ici.

 

 

 

Sul giorno stanco che radicava in notte
pone accanto il
silenzio
le sue bande setarosa

Un’esplosione di cielo orizzontale
era
infine un fascio di colori dolenti

— la fine del mondo
era,
sempre al suo principiare

E sotto il bianco reticolo stellato di gelsomino
ascolto tessere nuovamente altri domani.

 

Voir les commentaires

Publié le 13 Juillet 2017

 

Le silence apposait ses bandes de soie rose

Sur le jour fatigué qui se fondait en nuit.

 

C'était une explosion de ciel horizontale

Un grand bouquet final de couleurs douloureuses

- c'était la fin du monde, toujours recommencée.

 

Et sous un réseau blanc d'étoiles de jasmin

Je l’écoute tisser de nouveaux lendemains.

Voir les commentaires

Publié le 10 Juillet 2017

 

J’ai parfois juste envie de mourir

dix minutes

 

pour renaître

en riant

au soleil

de ton corps.

Voir les commentaires

Publié le 9 Juillet 2017

Problème :

 

Sachant que mon amour

Pour toi est infini

Quel pourcent d’étoile

Dois-je allumer

Dans l’univers

Afin de le refaire

A notre symétrie ?

 

 (*)  /

    /

       /  (*)

Voir les commentaires

Publié le 8 Juillet 2017

 

Haut flacon épandu de laine cotonneuse : j’ai lancé mon âme en toi, et multiplié mon cœur dans chaque boucle de ton ubiquité ;

 

                          ô ciel soie de soir seul

 

Voir les commentaires

Publié le 7 Juillet 2017

 

Dans ma chute, j’écoutai le chant joyeux des arbres, béats et glougloutant : « SEC ! Voilà ton nom, ô poussière. Et sans fin, sous nos pieds baobabs, tu pourriras. Et tes os nous seront des racines nouvelles. Nos bois vierges des tiens enfin débarrassés monteront parcourir des cieux que tu ignores. Tu n’es rien, oublie-toi et passe sans tracer. »

Tu les vois défiler tes peurs d’enfant lucide ; tu sens la fleur fanée de tes vies impossibles, sous les tristes rangées de hêtres espérant. « Mais il en veux encore ? C’est bien. Donnez-lui donc du laid, à boire à la cuillère. »

Cloîtré dans ton Eden pastel, tu chéris tes vieux maîtres ! Tu imites tremblant tes compagnons d’hiver (les Enivrés d’eux-mêmes), ces dieux de dieux mesquins qui t’obligent à croire. Et tu crois t’en tirer, l’échiné ? Tu es ce qui aspire et tu es ce qui lampe, tu es l’absorbé des mondes à finir, le pantin des mots tendres et des espoirs trop clairs.

Terminus.

En royaume d’enfance tu ne reviendras plus, ta bave est transférée.

 

–  mais tu n’as rien perdu, car si tout se finit c’est que c’est commencé.

Voir les commentaires

Publié le 6 Juillet 2017

 

Trempé de vie, 

je maquillai ma finitude en elle.

Par            

                trois

   baisers

Voir les commentaires

Publié le 5 Juillet 2017

 

 

L’architecture éphémère

de mille lettres enlacées

n’est jamais parvenue jusqu’à toi.

 

                               Mais quoi !

      Faut-il danser sur la lumière

Pour avoir droit de t’embrasser ?

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le 4 Juillet 2017

 

Excédé par mes ombres, j'ai voulu rebâtir

brique à brique

les méandres serrés de mon histoire vide,

Pour faire monument des échecs oubliés.

 

J’ai médité longtemps ces souvenirs cloutés

en formes de patchwork.

Ce tissu froid d’erreurs cousues en un ensemble,

La bannière ratée d’une vie en zig-zag.

 

C’était un arc-en-ciel noir et blanc de désordre,
un camaïeu sans goût de mémoire effacée.

Mais c’était mon histoire.

 

Et, ce passé en bandoulière,

je chantai l’accompli et l’accomplissement

(hasards cristallisés de cadavre futur)

Voir les commentaires

Publié le 3 Juillet 2017

 

 

 je marchai trois jours vers le soleil

I

---   ---

I

    avant de me souvenir

                                            qu'il m'attendait - tout près - 

                                                                                                dans ton sourire

 

Voir les commentaires

Publié le 1 Juillet 2017

...

 

                                      et j'extirpai de l'infini

la décision de m'infinir

 

...

Voir les commentaires